Les relations entre la France et le Turkménistan

Les relations diplomatiques entre la France et le Turkménistan ont été établies le 6 mars 1992.

La décision d’ouvrir une représentation au Turkménistan a été prise lors de la visite à Achgabat du président Mitterrand en avril 1994. Elle a été élevée au rang d’ambassade en 1999.

Un centre culturel français s’y est ajouté ensuite, ouvert à Achgabat sous le nom de « Centre culturel Jules Vernes », rebaptisé « Institut Français du Turkménistan » aux termes d’un accord inter-gouvernemental signé en juillet 2015.

La France soutient depuis l’origine l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Turkménistan et a coparrainé en 1995 à l’ONU la résolution reconnaissant et soutenant sa neutralité permanente.

Le changement de chef d’État au Turkménistan en 2007 s’est accompagné d’une relance des relations bilatérales et d’un renforcement de notre coopération dans plusieurs domaines dont témoigne la première visite officielle en France du Président du Turkménistan, les 1er et 2 février 2010.

Les relations économiques prennent surtout la forme de contrats publics accordés au Turkménistan à de grandes entreprises françaises. Le commerce bilatéral donne lieu traditionnellement à un excédent au profit de la France.

La coopération culturelle, scientifique et technique franco-turkmène, quant à elle, s’illustre en particulier par les fouilles archéologiques conjointes menées sur le site d’Ulug Dépé par la Mission archéologique franco-turkmène (MAFTUR).

Un dialogue politique régulier entre les deux pays se tient sous la forme de consultations entre leurs ministères des affaires étrangères, devenues annuelles depuis 2017 après une première édition en 2011.

A lire également :

Les relations France-Turkménistan sur le site France diplomatie

Sur le même sujet

Retour en haut