Allocution de l’Ambassadeur de France lors de la réception du 14 juillet 2018 à Achgabat. [ru] [tk]

Monsieur le Vice-Ministre,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Chers compatriotes et chers amis,

C’est un honneur et un grand plaisir de vous voir ici réunis, pour célébrer ensemble ce 14 juillet, qui commémore le 229ème anniversaire de la révolution française, symbolisée par la prise de la Bastille, en 1789.

Ce jour est un moment de joie et de célébration, autour de la France qui nous est chère. Mais c’est aussi un moment d’introspection, sur les moments forts de de notre Histoire. Sur ce qui a forgé, au fil du temps, nos valeurs – Liberté, Égalité et Fraternité. Cette devise, qui reste plus que jamais d’actualité, caractérise l’engagement de la France, sur son territoire et dans le monde.

JPEG
Dans quatre mois, le 11 novembre, le Président de la République française réunira à Paris plus de 80 chefs d’État ou de gouvernement pour commémorer ensemble solennellement la fin de la Première guerre mondiale, qui ravagea l’Europe et d’autres parties du monde pendant plus de quatre années, faisant plus de 18 millions de morts militaires et civils.

Le Turkménistan a versé lui aussi le prix du sang, à travers notamment le glorieux régiment de cavaliers tékés, le « tekinskiï polk », qui s’est illustré dans les rangs des armées du Tsar « avec des ailes de faucon, avec un cœur de lion ». Vingt pour cent de ces braves ont reçu la plus haute distinction militaire russe accordée aux soldats et sous-officiers. Souvenons-nous de leur héroïsme, alors que tant périrent au combat, si loin de leur terre natale et de leurs familles !

Cent ans après l’Armistice, nous nous souviendrons d’eux, victimes de ce conflit mondial entre puissances impériales que les Français comme les Britanniques et les Allemands, aujourd’hui encore, appellent la Grande Guerre – the Great War, die Grosse Krieg.

Mais ce 11 Novembre 2018, jour du Centenaire de cette guerre qui pour beaucoup de ses combattants devait être « la der des der », la dernière guerre, et qui ne le fut hélas pas, ce 11 Novembre ne sera pas qu’un moment de recueillement à la mémoire des victimes.

Il sera aussi l’occasion de l’inauguration par le Président de la République et par ses invités de la première réunion du Forum de Paris sur la Paix, initiative française de dialogue et d’échange mondial de bonnes pratiques pour promouvoir la paix dans le monde à travers la bonne gouvernance et les droits de l’Homme. Ce Forum, qui se tiendra annuellement, associera États, organisations internationales, collectivités locales et réseaux de villes, organisations non-gouvernementales, fondations, entreprises, syndicats, églises et groupes religieux, experts, journalistes, bref, tous les acteurs de la gouvernance globale. Le Forum de Paris sera un lieu d’échange autour de solutions de gouvernance, d’initiatives pour mieux organiser notre planète, qu’elles viennent des États ou de la société civile.

Monsieur le Vice-Ministre,
Mesdames et Messieurs,

Depuis trois ans, la France se réforme, depuis trois ans la France va mieux : la croissance économique y est revenue, le chômage y recule, les déficits des comptes publics également, cependant que les investissements étrangers y progressent fortement, avec en 2017 une hausse de 77% de leurs flux entrants et un total de 1298 nouveaux projets en provenance de 54 pays différents.
JPEG
Cette France qui va mieux, le Président Macron a décidé d’en faire la porte-parole de la diplomatie multilatérale, afin qu’elle contribue à l’amélioration des conditions de vie des populations à travers le monde, sans qu’aucun peuple ne soit oublié.

La France sait qu’elle peut compter sur le soutien du Turkménistan en faveur d’une approche multilatérale des défis auxquels le monde est confronté, à commencer par celui de la paix. Tandis que la France est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unis, le Turkménistan a fait de l’ONU son partenaire stratégique.

Bien que membre actif d’une alliance militaire défensive, l’OTAN, alors que le Turkménistan a fait quant à lui le choix de la neutralité permanente, la France respecte et soutien ce choix souverain du Turkménistan, pays ami et contributeur de paix et de stabilité en Asie centrale et au-delà. La France a démontré son soutien à cet acte fondateur de la politique étrangère du Turkménistan indépendant, en se portant co-parrain de la résolution de l’AGNU reconnaissant cette décision en 1995.

Depuis 1995, les relations entre la France et le Turkménistan se sont développées, ne se limitant pas à leur coopération politique au sein des Nations Unies, mais s’approfondissant aussi dans les domaines économique, social et culturel.

Des entreprises françaises participent ainsi activement au développement économique du Turkménistan, dans des secteurs aussi divers que l’industrie aéronautique et spatiale, la construction, l’agriculture, l’énergie, la pharmacie…

Je suis fier que, dans un autre domaine, celui du sport, le Gouvernement du Turkménistan ait choisi une entreprise française, Africa EcoRace, créée et dirigée par mon compatriote Jean-Louis Schleisser, double vainqueur du célèbre rallye Paris-Dakar, pour organiser le rallye automobile international Amul-Hazar, qui en septembre va contribuer à faire connaître à travers le monde le patrimoine tant naturel que culturel du Turkménistan.

Je voudrais remercier Son Excellence le Président Berdimouhamedov pour la confiance durable qu’il témoigne envers les entreprises françaises. C’est un honneur pour la France tout entière, car il s’agit là d’une reconnaissance au plus haut niveau de la qualité et de la fiabilité du savoir-faire de mon pays ; je ne peux vous cacher ma fierté.

S’agissant des relations culturelles entre les deux pays, je tiens à saluer le dynamisme de l’Institut Français du Turkménistan, qui d’ores et déjà prépare, en coopération avec le Ministère turkmène de la Culture, un très beau concert pour cet automne, et à remercier les autorités turkmènes d’avoir permis l’installation à Achgabat depuis ce printemps de la direction de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan. La France est du reste fière que la Mission Archéologique Franco-Turkmène, la MAFTUR, soit autorisée depuis 1994 par le Ministère de la Culture du Turkménistan à fouiller et documenter le site très ancien d’Ulug-Dépé, contribuant ce faisant à la connaissance par les Turkmènes de leur riche passé civilisationnel.

Je ne voudrais pas conclure sans remercier les entreprises françaises ou franco-européennes qui ont sponsorisé cette réception : Airbus, Bouygues, CIFAL, L’Oréal, MBDA, Nexter, PMJC Consulting, Schneider Electric, Thales, Total, ainsi que la Chambre de Commerce France-Turkménistan. Leurs activités au Turkménistan sont le ciment des relations entre nos deux pays. Je les félicite pour leurs succès passés et présents et leur en souhaite encore beaucoup à l’avenir !

Monsieur le Vice-Ministre,
Mesdames et Messieurs,

Vous me permettrez par ailleurs de ne pas terminer sans mentionner le grand évènement sportif qui nous attend demain dimanche soir : la finale de la Coupe du Monde de football en Russie, qui verra s’affronter la France et la Croatie.

J’invite tous les amateurs de sport à regarder le match.

Alors que tous les Français espèrent que demain soir l’Equipe de France pourra arborer une seconde étoile de champions du monde sur son maillot, je souhaite pousser un cri du cœur que je vous invite à répéter avec moi : allez les Bleus !!!

Vive la France !

Vive le Turkménistan !

Vive l’amitié franco-turkmène !

JPEG
JPEG

publié le 16/07/2018

haut de la page