Décès du professeur Olivier Lecomte, ancien directeur de la Mission archéologique franco-turkmène (MAFTUR)

L’Ambassade de France au Turkménistan a appris avec une grande tristesse le décès du Monsieur Olivier Lecomte, à l’âge de 69 ans, durant la nuit du 14 au 15 janvier dernier à Paris.

Archéologue, Olivier Lecomte, né le 23 juin 1949 à Saint-Raphaël, était spécialiste des périodes préislamiques récentes (périodes hellénistique, parthe et sassanide). Il a été directeur de la Mission archéologique française au Turkménistan, la MAFTUR, entre 1994 et 2013. Il a également été responsable de plusieurs missions au Proche-Orient, en Asie centrale et aux Emirats-Arabes-Unis, ainsi que directeur du Centre de Recherches Archéologiques Indus-Baluchistan, Asie Centrale et Orientale (UMR 9993) du CNRS de 2009 à 2015.

Après un cursus à l’INALCO (géorgien, chinois, russe), il entreprit des études en archéologie orientale à l’Université de Paris I et soutint une thèse de doctorat en 1983. Parallèlement, à partir de 1975, il participa à plusieurs missions de fouilles et d’études à Tureng Tepe et Suse (Iran). En 1981 il fut nommé pensionnaire scientifique à Téhéran mais la conjoncture internationale défavorable entraîna le transfert de son poste à Bagdad où il séjourna 5 ans, participant à plusieurs missions archéologiques (Larsa, Kheit Quassim, Khirbet ed-Diniye, Haradum). Il entra comme chercheur au CNRS en 1985 et s’intéressa très vite à la Péninsule Arabique. Il dirigea alors des travaux dans l’Émirat d’Umm-al-Qaiwayn le site d’ed-Dur (1987-1994) et initia des fouilles sur l’île de Ghallah.

Mandaté par l’UNESCO pour participer à une expertise en Asie Centrale, il se lia d’amitié avec plusieurs de ses collègues centrasiatiques qui l’invitèrent à conduire, à partir de 1993, des missions de fouilles au Kazakhstan sur le site de Örnek puis au Turkménistan à Geoktchik Depe et enfin Ulug Depe.

Sur tous ces travaux, il a coécrit et édité d’abord une publication de fouilles en Iran, puis a donné d’importants articles sur les fouilles de Larsa dans le sud de l’Irak et a contribué à la publication des fouilles de sauvetage en Irak. Les recherches qu’il a dirigées au Turkménistan ont donné lieu à plusieurs rapports et à des articles dans lesquels sa réflexion est nourrie de sa grande culture.

Consacrés à l’occupation de l’espace et à l’étude des milieux et des interactions interculturelles nomades-sédentaires du début de l’âge du Fer à l’avènement de l’Islam, ses travaux archéologiques ont été récompensés par plusieurs prix de l’Académie des Inscriptions et Belles lettres : les prix Hirayama (2006), de la Fondation Garnier (2006), de la Fondation prince Louis de Polignac (2009) et le grand prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino del Duca (2012).
Ses obsèques et un dernier hommage auront lieu au crématorium du cimetière du Père Lachaise à Paris, salle Mauméjean, le mercredi 23 janvier à 16h00.

Dernière mise à jour le : 6 septembre 2019
Retour en haut