Exposition-concours "Blocqueville, un Français chez les Turkmènes" le 13 juin 2020 à l’Institut Français du Turkménistan

Samedi 13 juin à 17h à l’Institut français du Turkménistan s’est tenu le vernissage de l’exposition « Blocqueville, un français chez les Turkmènes ».

Dès l’entrée, la yourte et les objets artisanaux turkmènes ayant investi la cour de l’Institut ont plongé les visiteurs dans l’ambiance d’un village turkmène comme celui où le Français Henri Couliboeuf de Blocqueville a vécu pendant 14 mois au milieu du XIXe siècle.

L’auteur du roman « L’étranger », Atadjan Tagan, était présent et a dit quelques mots après les discours de l’Ambassadeur et du directeur de l’Institut.

Et pour lancer l’exposition, les jeunes comédiens du groupe de théâtre animé par l’enseignante de l’IFT Aynabat Gandymova ont joué un extrait de la pièce d’Atadjan Tagan, pour la première fois en français.

L’exposition était répartie sur trois salles. La première présentait les illustrations du récit de Blocqueville, publié à son retour en France dans la revue Le Tour du Monde et s’intéressait également au roman qu’en a tiré l’auteur Atadjan Tagan. Le public a pu observer des pages du manuscrit et différentes éditions de l’œuvre, traduite en ouzbek, tadjik et russe. La deuxième salle s’intéressait à la mise en scène de l’histoire de Blocqueville au théâtre, avec notamment les costumes utilisés dans la pièce montée par le théâtre Pouchkine. Enfin, la troisième salle exposait les travaux des participants au concours lancé par l’IFT pour l’illustration de la couverture d’une future publication en français du roman d’Atadjan Tagan. 14 artistes turkmènes ont participé à ce concours.

Pendant le vernissage, les visiteurs ont pu voter pour leur tableau préféré. Un tirage au sort a été réalisé pour faire gagner des billets pour une représentation de la pièce au théâtre Pouchkine.

Ainsi, par son vote, le public a compté comme un membre du jury. Le reste du jury était composé de François Delahousse, Ambassadeur de France au Turkménistan, de Ruslan Myradov, architecte et historien, et de Catherine Poujol, directrice de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale, qui a voté à distance.

L’une des œuvres présentées a fait la quasi unanimité, puisqu’elle est arrivée en tête du vote du public et de trois des 4 jurés : il s’agit de l’illustration soumise par Rakhman Rakhmanov.

Dernière mise à jour le : 23 juin 2020